Index du Forum




 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

De la souveraineté, par Louis de BONALD

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> LA FRANCE COURONNÉE -> La France couronnée
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Carinthie
Baronnet
Baronnet

Hors ligne

Inscrit le: 02 Fév 2015
Messages: 158
Masculin
Point(s): 158
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Mer 24 Aoû - 14:34 (2016)    Sujet du message: De la souveraineté, par Louis de BONALD Répondre en citant

De la souveraineté, par Louis de BONALD
Droit divin ou souveraineté populaire ?
samedi 28 décembre 2013 par ISH

En matière de souveraineté, il n’y a d’autre choix qu’entre l’hétéronomie et l’autonomie politique. L’hétéronomie est la reconnaissance d’un ordre extérieur à la volonté humaine et auquel tout homme doit se soumettre. Si en plus, on reconnaît que cet ordre vient d’un Dieu créateur alors on parle de droit divin. La modernité consiste en la négation d’un ordre divin, elle déclare l’homme affranchi de toute loi naturelle à laquelle elle ne croit plus. Désormais, c’est l’homme qui fera la loi sans aucune référence autre que lui-même : le législateur parlera au nom du peuple ou de la nation mais n’imposera en réalité que la logique de son idée, son idéologie.

Table des matières

Introduction de Vive le Roy

Extrait de l’ouvrage : Louis de Bonald. Réflexions sur la Révolution de Juillet 1830 et autres inédits. Éd. DUC/Albatros, 1988, pp. 79-83.
AVERTISSEMENT : Tous les titres ont été ajoutés au texte original par la rédaction de VLR pour faciliter la lecture en ligne.

De l’origine de la souveraineté
Deux possibilités sur l’origine de la souveraineté
Deux opinions sur la première et la plus fondamentale des questions sociales, la souveraineté, partagent les politiques modernes.
  • Les catholiques la placent en Dieu, c’est-à-dire dans les lois naturelles conformes à la volonté et constitutive de l’ordre social, lois dont l’hérédité du pouvoir, sa masculinité, sa légitimité et son indépendance sont les premières et les plus naturelles.
  • Les protestants et ceux qui suivent leurs doctrines, la placent dans le peuple et dans les lois qui sont l’expression de ses volontés, et qui constituent un ordre ou plutôt une apparence de société tout à fait arbitraire, sans hérédité de pouvoir, sans légitimité, sans indépendance.
Qu’est-ce que le peuple ?
Le peuple n’est qu’une foule d’individus isolés, indépendants les uns des autres dans leur être moral comme dans leur être physique, donc chacun a sa volonté comme il a ses organes, et par conséquent (peuple) est une fiction par laquelle on fait abstraction des individus qui le composent pour en faire un être collectif, être idéal, être de raison qu’on ne peut voir, entendre ni toucher ; et si l’on demande où est le peuple, il est partout par ses individus et n’est nulle part comme peuple.
C’est cet être idéal et sans réalité individuelle qu’on revêt de toutes les perfections, de toutes les qualités et de tous les pouvoirs ; à qui l’on attribue une volonté, une raison, une force et qui cependant ne peut avoir que les volontés presque toujours contradictoires des individus, leurs raisons discordantes, et leurs forces aveugles et brutales.
Une armée aussi est une réunion d’individus mais elle n’est ni une abstraction, ni un être idéal et de raison, parce qu’elle est un corps et un corps organisé, qui a son chef et ses membres, c’est-à-dire un pouvoir et des ministres, ainsi une armée est une société et une société en armes, la plus parfaite image de la société monarchique.
Son chef s’appelle « général »,
  • mot extraordinaire particulier aux sociétés chrétiennes et dont la raison est prise dans ses croyances ;
  • mot qui n’a point d’analogue dans aucune langue ancienne ni payenne,
  • mot qui exprime l’unité du corps dont le « général » est le représentant universel, c’est l’armée toute entière réduite en quelque sorte à sa plus simple expression, puisque le « général » parle seul et agit au nom de l’armée.

Ainsi,
  • avant toute organisation, le peuple n’est qu’une foule, c’est un corps avec son chef et ses membres ;
  • il n’était pas souverain, il n’était rien, il est devenu sujet puisqu’il a reconnu un pouvoir, il redeviendrait foule s’il perdait son organisation.
Sur la souveraineté populaire
Analogie entre société domestique et société politique
Bien mieux, la souveraineté populaire telle que l’entendent nos modernes politiques se compose d’autant de souverainetés particulières qu’il y a de familles ou de sociétés domestiques, d’autant de pouvoirs particuliers qu’il y a de pères de familles, tous souverains dans leur petit État,
  • qui ont les mêmes devoirs et des fonctions semblables,
  • qui ont comme lui un personnel à diriger, un matériel à soigner, des sujets, des serviteurs, des propriétés, des finances, des voisins amis ou ennemis, en paix avec les uns en guerre ou en procès avec les autres.

La société domestique ou la famille est donc en parfaite harmonie avec la société monarchique puisqu’elles ont une constitution semblable.
La famille, société naturelle, communique à la société publique sa « naturalité », si je puis ainsi parler, au lieu qu’elle est en désaccord et en perpétuelle contradiction avec la société populaire ou la république, et de là vient que les institutions populaires qui ne peuvent souffrir de pouvoir légitime [=autorité (note de (VLR)] et se révoltent contre le nom de « sujet », troublent la famille
  • en y ruinant par leurs lois et leurs maximes le pouvoir paternel,
  • en y dissolvant le lien conjugal, et
  • en inspirant aux enfants des idées d’indiscipline et de révolte contre l’autorité de leurs parents.
Le problème de la représentation
Comme le peuple et sa souveraineté sont des fictions, tout est aussi fiction dans la manière dont il l’exerce.
  • Tous les hommes de la famille, propriétaires, cultivateurs, commerçants, industriels, savants, littérateurs, artistes, artisans, on les appelle tous à la fois ou seulement un certain nombre comme représentants de tous les autres ;
  • on les appelle à passer sans noviciat et sans préparation du gouvernement de leurs familles au gouvernement public auquel ils sont pour le plus grand nombre étrangers par leurs occupations et leurs habitudes, et l’on en fait des législateurs politiques, des administrateurs publics, et malgré eux des militaires et des juges les uns des autres, même au criminel ;
  • et ils deviennent ainsi comme par imposition des mains, juges de toutes les personnes, taxateurs de toutes les fortunes, législateurs sans autorité, pouvoirs sans contrôle, ordonnateurs sans responsabilité, mandataires sans mandat, fiction eux-mêmes de pouvoir dans un système où tout est fiction sauf l’impôt, accablante réalité dont les gouvernements populaires sont plus prodigues que les gouvernements absolus parce qu’ils laissent aux contribuables une fiction de consentement.
Les élections censitaires
On en assemble cependant un certain nombre sous la seule garantie d’un cens modique et on leur donne à faire pour toute une nation le choix des législateurs, quoiqu’ils soyent souvent aussi peu propres à choisir ceux qui doivent faire les lois qu’à les faire eux-mêmes ; et depuis 40 ans passés nous voyons manœuvrer tous les ans ces assemblées d’électeurs, d’élus, de législateurs, d’administrateurs, nous pouvons juger par l’état où nous sommes tombés de la sagesse des lois qu’ils nous ont faites, et dans cette immense quantité de lois
  • combien qui sont depuis longtemps oubliées,
  • combien d’autres qu’il faut refaire tous les ans, et
  • combien peu de celles qui ont survécu peuvent se justifier aux yeux de la raison, de la religion et de la politique.



Source et suite: http://www.viveleroy.fr/De-la-souverainete-par-Louis-de


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 24 Aoû - 14:34 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> LA FRANCE COURONNÉE -> La France couronnée Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com