Index du Forum




 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Leçon de démocratie par Aristophane et un fondateur du PS

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> LA FRANCE COURONNÉE -> La France couronnée
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Carinthie
Baronnet
Baronnet

Hors ligne

Inscrit le: 02 Fév 2015
Messages: 158
Masculin
Point(s): 158
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Mer 24 Aoû - 11:24 (2016)    Sujet du message: Leçon de démocratie par Aristophane et un fondateur du PS Répondre en citant

Leçon de démocratie par Aristophane et un fondateur du Parti Socialiste
À l’usage de ceux qui vont voter
samedi 7 avril 2012 par Faoudel

Si dans la pensée traditionnelle l’objet de tout bon gouvernement est de rendre les hommes vertueux afin de réaliser le bien commun, tel n’est pas le cas de la démocratie. De l’antiquité à nos jours, dans un souverain mépris du peuple, celle-ci a toujours promu structurellement le vice et la médiocrité. Aussi la critique hilarante de la démocratie athénienne par Aristophane résonne-t-elle étrangement avec la pensée politique du socialiste Georges Frêche qui, avec son franc-parler, exprime bien fort ce que tout candidat aux élections pense tout bas : les électeurs ne sont que des « cons » qu’il s’agit d’« engrainer ».

Table des matières

Portrait de la démocratie athénienne par Aristophane (424 av. J.C.)

Extrait de la comédie Les Cavaliers [sc] du dramaturge grec Aristophane.
Pour combattre le démagogue Cléon , le parti des Cavaliers désespère de trouver un candidat à la hauteur. Un oracle révèle qu’un marchand de tripes sera capable de séduire le peuple — ici incarné par le personnage nommé Démos. Nicias et Démosthène partent à la recherche du champion — ou devrait-on dire de la marionnette ? — qui consacrera la victoire du parti des Cavaliers aux élections. Ils le trouvent enfin :
Citation:
DÉMOSTHÈNE. --- Ô bienheureux marchand d’andouilles, viens, viens, mon très cher ; avance, sauveur de la ville et le nôtre. LE MARCHAND D’ANDOUILLES. --- Qu’est-ce ? Pourquoi m’appelez-vous ?
DÉMOSTHÈNE. --- Viens ici, afin de savoir quelle chance tu as, quel comble de prospérité.
NICIAS. --- Voyons ; débarrasse-le de son étal, et apprends-lui l’oracle du dieu, quel il est. Moi, je vais avoir l’œil sur le Paphlagonien.
DÉMOSTHÈNE. --- Allons, toi, dépose d’abord cet attirail, mets-le à terre ; puis adore la terre et les dieux.
LE MARCHAND D’ANDOUILLES. --- Soit : qu’est-ce que c’est ?
DÉMOSTHÈNE. --- Homme heureux, homme riche ; aujourd’hui rien, demain plus que grand, chef de la bienheureuse Athènes.
LE MARCHAND D’ANDOUILLES. --- Hé ! mon bon, que ne me laisses-tu laver mes tripes et vendre mes andouilles, au lieu de te moquer de moi ?
DÉMOSTHÈNE. --- Imbécile ! Tes tripes ! Regarde par ici. Vois-tu ces files de peuple ?
LE MARCHAND D’ANDOUILLES. --- Je les vois.
DÉMOSTHÈNE. --- Tu seras le maître de tous ces gens-là ; et celui de l’Agora, des ports, de la Pnyx ; tu piétineras sur le Conseil, tu casseras les stratèges, tu les enchaîneras, tu les mettras en prison ; tu feras la débauche dans le Prytanée.
LE MARCHAND D’ANDOUILLES. --- Moi ?
DÉMOSTHÈNE. --- Oui, toi. Et tu ne vois pas encore tout. Monte sur cet étal, et jette les yeux sur toutes les îles d’alentour.
LE MARCHAND D’ANDOUILLES. --- Je les vois.
DÉMOSTHÈNE. --- Eh bien ! Et les entrepôts ? Et les navires marchands ?
LE MARCHAND D’ANDOUILLES. --- J’y suis.
DÉMOSTHÈNE. --- Comment donc ! N’es-tu pas au comble du bonheur ?
Maintenant jette l’œil droit du côté de la Carie, et l’œil gauche du côté de la Chalcédoine.
LE MARCHAND D’ANDOUILLES. --- Effectivement ; me voilà fort heureux de loucher !
DÉMOSTHÈNE. --- Mais non : c’est pour toi que se fait tout ce trafic ; car tu vas devenir, comme le dit cet oracle, un très grand personnage.
LE MARCHAND D’ANDOUILLES. --- Dis-moi, comment moi, un marchand d’andouilles, deviendrai-je un grand personnage ?
DÉMOSTHÈNE. --- C’est pour cela même que tu deviendras grand, parce que tu es un mauvais drôle, un homme de l’Agora, un impudent.
LE MARCHAND D’ANDOUILLES. --- Je ne me crois pas digne d’un si grand pouvoir.
DÉMOSTHÈNE. --- Hé ! hé ! pourquoi dis-tu que tu n’en es pas digne ? Tu me parais avoir conscience que tu n’es pas sans mérite. Es-tu fils de gens beaux et bons ?
LE MARCHAND D’ANDOUILLES. --- J’en atteste les dieux, je suis de la canaille.
DÉMOSTHÈNE. --- Quelle heureuse chance ! Comme cela tourne bien pour tes affaires !
LE MARCHAND D’ANDOUILLES. --- Mais, mon bon, je n’ai pas reçu la moindre éducation ; je connais mes lettres, et, chose mauvaise, même assez mal.
DÉMOSTHÈNE. --- C’est la seule chose qui te fasse du tort, même sue assez mal. La démagogie ne veut pas d’un homme instruit, ni de mœurs honnêtes ; il lui faut un ignorant et un infâme. Mais ne laisse pas échapper ce que les dieux te donnent, d’après leurs oracles. […]
LE MARCHAND D’ANDOUILLES. --- Oui, l’oracle me désigne ; mais j’admire comment je serai capable de gouverner Démos.
DÉMOSTHÈNE. --- Tout ce qu’il y a de plus simple. Fais ce que tu fais brouille toutes les affaires comme tes tripes ; amadoue Démos en l’édulcorant par des propos de cuisine : tu as tout ce qui fait un démagogue, voix canaille, nature perverse, langage des halles : tu réunis tout ce qu’il faut pour gouverner. Les oracles sont pour toi, y compris celui de la Pythie.

Leçon de démocratie du socialiste Georges Frêche à ses étudiants (février 2009)

Georges Frêche (1938-2010) est un homme de gauche et un vieux routard de la politique ; qu’on en juge, il est successivement :
  • maoïste de 1962 à 1967,
  • membre fondateur du Parti Socialiste en 1972,
  • plusieurs fois député de l’Hérault et maire de Montpellier de 1977 à 2004,
  • président du Conseil Régional de Languedoc-Roussillon de 2004 à sa mort,
  • principal soutien de Ségolène Royal dans le Sud pour sa candidature à l’élection présidentielle 2007.

En février 2009, ce professeur honoraire d’histoire de droit romain à l’Université Montpellier I est enregistré par ses étudiants lors de son cours magistral (disponible sur youtube.com) [1]


Source et suite: http://www.viveleroy.fr/Lecon-de-democratie-par,76


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 24 Aoû - 11:24 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> LA FRANCE COURONNÉE -> La France couronnée Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com